Page optimisée pour un écran de 1024 x 768 pixels

  
Le Canada, d'un océan à l'autre
Juillet-Août 2001
 

Monique et Jean-Paul MOUREZ à bord du Guépard
 

9. BRITISH COLUMBIA
(du PASSAGE INTÉRIEUR au MT-ROBSON)

Croisière dans le Passage Interrieur
Croisière dans le Passage Intérieur


Mercredi 8 août 2001: de PORT HARDY à PRINCE RUPERT (en bateau)

Queen of the North
Queen of the North
Sommeil finalement paisible mais lever très tôt à 5:45 pour aller nous placer sur la file d'embarquement à 6:15. Grosse déception, le ciel est très gris, l'humidité pénétrante, et lorsque nous quittons le quai à l'heure prévue (7:30), c'est dans un brouillard blafard qui s’épaissit dès que le navire commence son long cabotage entre les îles du Passage Intérieur.
Seul le rivage des îlots les plus proches se devine au-delà de l'eau sombre, le reste du paysage demeurant totalement caché par la brume. Le navire ne tarde pas à lancer régulièrement de longs et puissants coups de sirène qui résonnent lugubrement. Trois heures passent ainsi; à part un court ballet d'épaulards (orques) qui émergent quelques secondes à une centaine de mètres de la coque, rien à voir.
Queen's Charlotte Straight
Queen's Charlotte Straight


Nous commençons à désespérer lorsque enfin le brouillard recule, un coin de ciel bleu apparaît, s'élargit… et le grandiose paysage de chenaux, d’îles boisées et de côte montagneuse se révèle.

Dean Channel
Dean Channel

Cousin Inlet
Cousin Inlet


Le reste de la journée se résume en une merveilleuse promenade durant laquelle le magnifique paysage de fjords et de mer, les oiseaux et les forêts sauvages occupent toute la scène.

Monique sur le Queen of the North
Monique sur le Queen of the North
JP sur le Queen of the North
JP sur le pont du Queen of the North

Baleines à babord !
Baleines à babord !
Vers l'avant
Vers l'avant

Takakia Lake sur Queen Charlotte Islands
Takakia Lake sur Queen Charlotte Islands
JP sur le proue du Queen of the North
JP sur la poupe du Queen of the North

Sillage...
Sillage...
Monique et JP sur le pont arrière
Monique et JP sur le pont arrière

Inside Passage

Inside Passage
Inside Passage

Inside Passage en soirée

Queen of the North trace sa route vers le Nord
Queen of the North trace sa route vers le Nord

Queen of the North en début de soirèe
Queen of the North en début de soirèe 

Coucher de soleil sur l'Inside Passage
Coucher de soleil sur l'Inside Passage

Notre croisière s'achève dans la nuit, 16 heures et 500 km plus au nord, à Prince Rupert où nous arrivons à minuit et demi dans la nuit noire. Aussitôt débarqués, nous cherchons un bivouac dans le coin de Cow Bay mais les effluves de marée et de conserverie de poisson nous dissuadent d'y séjourner ne fut-ce que quelques minutes… Nous finissons par élire domicile temporaire au-dessus, sur une petite rue assez populaire où sont déjà stationnés plusieurs campers et fourgons.

 

Jeudi 9 août 2001 : de PRINCE RUPERT à NEW HAZELTON (383 km)

Brûlés par le soleil et le vent marin dont nous avons largement profité sinon abusé sur le pont du Queen of the North hier, nous dormons comme des marmottes et nous réveillons sur notre rue tranquille à 9:30… Sous un ciel bleu et ensoleillé, nous décollons à 10:30 pour atterrir quelques centaines de mètres plus loin à l'habituel Safeway et y quérir un pain de glace et quelques produits frais. Monique me fait renoncer à parcourir les galeries du musée amérindien local.

Nous descendons déjeuner sur le Waterfront en cours de réaménagement après l'incendie de 1972 qui l’a complètement dévasté, mais la forte odeur de marée nous en chasse de nouveau rapidement. Nous préférons retourner jeter un œil à Cow Bay qui offre le pittoresque spectacle d'un petit port de pêche encore à peine écorniflé par le " développement " touristique.
Cow Harbor à Prince Rupert
Cow Harbor à Prince Rupert

En remontant le Skeena
En remontant le Skeena

Puis nous quittons Prince Rupert par la route de l'intérieur qui suit la vallée du Skeena. Son cours aux eaux bleu vert s'étale largement dans une superbe vallée montagneuse. La route suit les méandres de la vallée au ras de l'eau en larges et excellentes courbes mais la beauté du panorama qui se renouvelle sans cesse incite à prendre son temps.
De nombreux arrêts photo et vidéo ralentissent donc notre progression, d'autant que des cimes enneigées du plus bel effet ne tardent pas à occuper l'arrière plan. 
Pique-nique au bord du Skeena
Pique-nique au bord du Skeena

Pyrargue (aigle à tête blanche)
Pyrargue (aigle à tête blanche)
J’observe aussi des aigles à tête blanche qui pêchent en tournoyant près du rivage ou vont se percher sur les hauts pins qui le dominent.
Nous sommes en pays Kitksan, un peuple autochtone fameux pour ses grands totems. Nous quittons la grande route pour aller en contempler quelques-uns uns d'abord à Kitwanga puis à Kitwancool, un autre village autochtone marquant par sa pauvreté. 
Kitwancool totem et Grande Maison
Kitwancool : totem et Grande Maison

Totems de Kitwancool
Totems de Kitwancool
Les sculptures des hauts mats sont frustres mais puissantes. Leur empilement d'animaux et de personnages emblématiques nous parlent de l'intérêt et de la perspective dans laquelle leurs créateurs percevaient la nature grandiose qui les entouraient.
Le soleil descend lorsque nous revenons sur la grande route (la 16) dominée par les hauts pics enneigés des Seven Sisters. La brume de chaleur qui semble être tombée sur la région réduit un peu la visibilité, il fait chaud et lourd malgré l'altitude. Le soir tombe lorsque nous faisons un dernier détour pour examiner les quelques totems dispersés dans le village de Kitseguecla où ils se confondent avec les poteaux électriques et téléphoniques beaucoup plus nombreux… Autres temps, autres mœurs !
Seven Sisters
Seven Sisters

Toujours remontant la superbe vallée du Skeena maintenant plus étroit mais toujours aussi magnifique (flots impétueux bleu gris, forêts touffues, pentes abruptes, montagnes enneigées en arrière plan) nous décidons de bivouaquer à New Hazelton sur le terrain de stationnement de l'école, à deux pas du poste de police de la RCMP (Gendarmerie royale du Canada). Lors du souper nous faisons honneur à la bouteille de champagne (une excellente Blanquette de Limoux) offerte par ses collègues de l'école à Monique pour son anniversaire et réservée pour notre arrivée sur le Pacifique.

La fêtée se couche tôt à 21:30 dans la mezzanine tandis que j'achève l'écriture de cette page à 23:00, avec l'intention de me lever tôt demain pour visiter le village de K'san, une reconstitution historique d'un village amérindien pré-contact avec les Européens, avant de poursuivre notre longue route de 600 km jusqu'à Jasper.

 

Vendredi 10 août 2001 : de NEW HAZELTON à GOAT RIVER Rest Area (587 km)

Cette autre nuit très silencieuse nous laisse bien reposés au cœur du village et à l'écart de la grande route. Le ciel est clair au matin mais, comme hier, une brume de chaleur bleutée estompe les lointains derrière un voile.

Pont de Hazelton et Seven Sisters
Pont de Hazelton et Seven Sisters

Les taches blanches de la neige sur les hautes montagnes avoisinantes se devinent donc à peine. Une fois les routines achevées, nous empruntons une petite route vers le nord qui nous fait d'abord franchir sur un étroit pont suspendu un pittoresque canyon du haut Skeena et donne bientôt accès au vieux village de Hazelton (1805).

Peu à dire de la petite agglomération dont les maisons plus ou moins soignées sont dispersées autour de la route tandis que les écoles et autres bâtiments administratifs occupent de vastes terrassements plus réguliers. L'intérêt est ailleurs puisque, au bord du Skeena redevenu imposant, on a reconstitué le village historique de K'San.

Ksan façade des maisons et totems
Ksan : façade des maisons et totems

Dans le village reconstitué de Ksan
Dans le village reconstitué de Ksan

Façade de Grande Maiosn et totem à Ksan
Façade de Grande Maison et totem à Ksan
Décor amérindien
Décor amérindien

Totem Un petit musée dans la première "grande maison" présente quelques belles pièces anciennes (outils de pierre ou de bois, vanneries, masques, orfèvrerie, manteau de cérémonie tissé, etc.) fort semblables à celles que nous avons vu dans les musées de Vancouver (UBC Museum of Anthropology) et Victoria (Royal Museum of BC). Rien de bien nouveau donc, mais il est étonnant et émouvant de retrouver ces objets dans leur cadre naturel d'origine. Totem troué

Bracelet d'argent
Bracelet d'argent
Broche en forme d'oiseau
Broche en forme d'oiseau
Danseur en manteau de cérémonie tissé
Danseur en manteau de cérémonie tissé
Pour le reste, l'une des maisons abrite un café, une deuxième le magasin de souvenirs, une autre un atelier - fermé - et les trois dernières ne sont accessibles qu'avec le tour guidé auquel nous renonçons, faute de temps et aussi un peu d'intérêt.

Grenouille
Grenouille
Masque de  Lune salish
Masque de  Lune salish 

Masque Lune et Grenouille
Masque Lune et Grenouille
 
Dans la Maison des cérémonie
Dans la Maison des cérémonie

Nous préférerions un peu moins d'insistance sur la culture matérielle de ces Indiens du Nord-Ouest et davantage de révélations sur leurs coutumes et leur spiritualité. Celles-ci semblent mieux exposées dans quelques livres et dans le film Prologue de la série " Les Arrivants ", sponsorisé par l'Imperial Oil et tourné ici en 1977, dont nous apercevons quelques plans projetés dans le café…

Cortège de mariage (1914)
Cortège de mariage (1914)
Famille Beaver (1907)
Famille Beaver (1907)

Ours brun
Jeune ours brun (grizzli)
De retour ensuite à la grande route 16, nous roulons vers l'est sans presque aucun arrêt en direction de Jasper. À notre droite (au sud) une rangée de hautes montagnes dont l’Eagle Peak, (2093 m) et le beau glacier de Smithers limitent l’horizon, tandis que du côté nord les pentes sont plus douces et cultivées. Puis les montagnes s'abaissent progressivement et le paysage devient plus inhabité, ponctué d’exploitations forestières et de lacs attrayants. Un bref arrêt au Tourist Info de Burns Lake nous permet de saluer et de remercier la jeune hôtesse qui nous avait aidés à réserver notre ferry à l'aller, puis nous avançons sans interruption jusqu'à Vanderhoof où je fais changer l'huile et le filtre du moteur en refaisant le plein d'essence. Vers 18:00 nous passons Prince George et poursuivons sur la TCH (route 16) le long de la vallée du Fraser très boisée et sauvage. Le soir tombe, ramenant les animaux près de la route; cette fois ce n'est pas un jeune orignal mais la forme sombre d'un ours noir s'esquivant rapidement dans la pénombre que j'entrevois sur la berme.

Bivouac bienvenu sur la belle aire de repos de Dome Creek. Mais sa vaste esplanade est malheureusement bientôt envahie par une caravane de 5 gros camions au diesel bruyant qui nous encerclent juste après notre souper et notre installation pour le coucher. Nous déménageons donc nos pénates vers le hameau de Dome Creek, au bout d'une dizaine de kilomètres de piste poussiéreuse vers le nord au bord de la voie ferrée. Je nous trouve cependant trop isolés auprès de l'unique cabane que nous y repérons dans la nuit. Retour sur la TCH et bivouac, définitif celui-là espérons-nous, sur la même aire de repos utilisée il y a trois semaines, près d'un pont au bord de la Goat River. Coucher tardif à 0:45.


Samedi 11 août 2001 : de GOAT RIVER à JASPER (334 km)
Notre nuit s'achève mieux qu'elle a commencé et c'est bien reposés que nous reprenons la route sous le grand soleil. Elle serpente au fond de la large vallée du Fraser, déjà un fleuve puissant bien qu'encore fort loin de son embouchure à Vancouver. Pause à McBride pour recharger notre frigo d'un sac de glace, puis poursuite de la belle route de vallée bordée de quelques fermes d'élevage et de pentes boisées.
Vallée près de McBride
Vallée près de McBride
En approchant du Mont Robson
En approchant du Mont Robson
Celles-ci se relèvent de plus en plus lorsque les Cariboos laissent la place aux Rocheuses, jusqu'à l'apparition brutale, au détour du chemin, des Monts Robson (3 954 m) et Resplendant (3 426 m), tous deux nappés d'une fraîche neige éclatante. 
Bien que plaisante à contempler, la route nous semble longue et la chaleur nous paraît d'autant plus difficile à supporter que notre air climatisé est toujours en panne, mal réparé par Touchette que nous vouons au diable… Puis nous retrouvons les superbes paysages du Parc national de Jasper: vallées profondes, hautes montagnes dont le rocher prend des teintes grises et rosées sous le soleil flamboyant. Fatigués des odeurs pestilentielles provenant du réservoir de la toilette mal aéré (un défaut de conception à corriger…) nous passons une longue heure au bord du Moose Lake à procéder aux remplissages et rinçages de nos deux réservoirs d'eaux grises et noires ainsi qu'à réparer une vanne d'évacuation qui s'est décrochée lorsque j'ai voulu resserrer un joint défectueux. Malgré l’environnement magnifique du Yellowhead Park la tâche s’avère ingrate et pénible, allongé sous le camion.
Le Mont Robson
Le Mont Robson
Mont Rundle
Mont Rundle
Nous arrivons donc assez tard, vers 16:00, à Jasper où nous allons chercher quelques bouteilles d'eau dans l'épicerie repérée à l'aller. Puis nous prenons la direction de la vallée de la Maligne. En nous arrêtant au belvédère qui domine la station et son site grandiose, la fatigue de notre longue route et le poids de la chaleur nous accablent et nous arrêtent soudain. Nous réalisons alors que, vu l'heure tardive, nous ne pourrons profiter de l'excursion en bateau que nous tenons à faire sur le lac. Impossible aussi de coucher sur cette route en cul de sac puisque le camping est strictement interdit dans toute l'étendue du parc national, sauf dans les terrains aménagés à cet effet et qui se trouvent le long des autres routes. 
Nous décidons alors de revenir au Centre d’accueil du parc à Jasper pour nous faire indiquer un camping où il reste de la place. On nous dirige vers le terrain supplémentaire de Snaring River, à une quinzaine de kilomètres au nord-est. Nous y trouvons un terrain fort peu aménagé mais surtout rendu fort bruyant par la proximité de la grand route en direction d’Edmonton et du chemin de fer transcanadien. Soirée relax néanmoins dans le magnifique cadre de montagnes, souper soigné préparé par la cuisinière, mise en ordre de la documentation amassée à ce jour, écriture du courrier et du journal pour une extinction des feux relativement tôt à 22:25.
Le lys de la Colombie Britanique
Le lys de la Colombie Britanique


10. Le retour à Montréal

Accueil du Guépard

Accueil de l'Aigle

 © 2004