Page optimisée pour un écran de 1024 x 768 pixels


Été 2004 : Rocheuses, Yukon et Alaska

Monique et Jean-Paul MOUREZ à bord du Guépard

9. VALDEZ : croisière sur le Prince Edward Sound



Lundi 9 août 2004 : VALDEZ

Très tôt levé à 6:30 (une fois n’est pas coutume !) pour constater que le ciel est entièrement dégagé, annonçant une journée splendide, je vais sans hésitation réserver illico notre embarquement pour l’excursion Faune et glaciers Columbia et Maeres.  Small Boats Harbor au petit matin
Petit matin sur le port de Valdez

Stationnés devant le quai, nous disposons de plus de 2 heures avant l’embarquement à 9:30. J’ai donc amplement le temps de faire quelques photos du port qui s’éveille lorsque le soleil, émergeant de derrière les montagnes, commence à l’illuminer.

Pêcheurs préparant leur barque
Pêcheurs au départ...
PORT AU PETIT MATIN

Small Boats Harbor quai des pêcheurs
Small Boats Harbor au milieu des fleurs

Small Boats Harbor
Valdez Small Boats Harbor

Bateau partant pour la pêche
Chalutier quittant le chenal portuaire pour le Sound


Puis nous allons téléphoner en France. Je rejoins Maman à Caen et lui situe rapidement où nous en sommes de notre périple qu’elle me dit suivre sur son atlas. De retour au Guépard, je mets un peu d’ordre dans nos dernières photos et prépare le 2ème CD à envoyer en France, cette fois-ci avec toutes les vues prises jusqu’à notre entrée en Alaska. Le temps de tout mettre en ordre dans le camion avant de le laisser pour la journée sur le quai, et nous sommes prêts à rejoindre la passerelle. Monique au téléphone

C’est le plus beau navire de la compagnie qui nous accueille, un vaste catamaran baptisée American Eagle où l’espace est généreux sur les deux ponts couverts équipés de sièges confortables et, à l’extérieur, sur le pont arrière supérieur. Mais c'est surtout sur la passerelle couronnant le bâtiment que je passerai le maximum de temps, au grand air et avec une vue à 360º. Nous avons emporté coupe-vent, veste en polar et chandail de laine en prévision du vent probable, quand ce ne serait que celui dû à la vitesse du navire, et aussi du froid qui règne à proximité des glaciers.

Dans le chenal
À 10:00 le bateau a fait son plein de touristes venus pour la plupart des RV Parks disséminés dans la petite ville mais aussi des hôtels (dont 2 familles françaises avec lesquelles nous ferons connaissance en cours de route) où un minibus est allé les cueillir. Les amarres sont larguées et nous nous éloignons lentement dans le chenal donnant accès au Sound, la baie profonde au bord de laquelle est installé le port de Valdez.

En route vers la pleine mer
Le panorama sur le Sound s'élargit

À peine sommes-nous rendus à peu près au centre de la baie, entourés de montagnes, que le bateau s’immobilise : c’est pour observer les ébats d’une grosse baleine bleue qui émerge, plonge et replonge à plusieurs reprises à quelques dizaines de mètres de notre coque ! Après ce début en beauté, le navire prend sa vitesse de croisière, gagne progressivement la sortie du fjord et nous entraîne dans 9 heures de découverte de la faune et de deux des plus grands glaciers voisins du Prince Edward Sound. Le clou de la balade est évidemment leur approche.

C'est d’abord le Columbia, deuxième plus grand d’Amérique du Nord, dont la mer de glace finit les pieds dans l’Océan, en libérant tout un défilé de petits icebergs qui dérivent sur plusieurs kilomètres dans son fjord en fondant progressivement. Le bateau trace lentement sa route au milieu de cette mini-banquise pour approcher au maximum l'extrémité maritime du glacier, là où les séracs s'enfoncent dans la mer pour se briser et commencer leur dérive.

Devant Columbia Glacier
En approchant du glacier Columbia


Bloc de glace sur la banquise

Le spectacle depuis le pont de l'American Eagle
Blocs de glace sur la banquise


Iceberg à la dérive devant Columbia Glacier
JP contemple la banquise


Monique sur le pont
JP sur le pont de l'American Eagle


JP et Monique sur le pont Banquise à la dérive


Monique contemple le panorama
En quittant Columbia Glacier

En quittant Columbia Glacier

En quittant Columbia Glacier

Pour le second glacier (Meares), le navire, après une longue approche, reste prudemment à une centaine de mètres de la haute muraille de glace éblouissante. Pendant plus d’une heure, nous guettons les craquements tonitruants comme des coups de tonnerre et surtout les éboulements de tonnes de glaces bleue, grise ou immaculée qui s’abattent lentement dans la mer en créant une haute et large vague. Celle-ci se répercute sous la banquise en faisant danser les phoques imperturbables qui y prennet le soleil.

Au fond du Sound
En guettant les baleines signalées par le capitaine  on se rapproche du Meares Glacier


Approche du Meares Glacier
Meares Glacier
Meares Glacier
Meares Glacier


Banquise et kayak
Meares Glacier
Kayak et iceberg
Meares Glacier


Monique sur le pont devant le glacier
Devant Meares Glacier

La balade se poursuit autour de plusieurs îles du Prince Edward Sound. Nous verrons ainsi, au gré de l‘œil aiguisé du capitaine et de sa profonde connaissance de la région, des bancs de saumons argentés qui sautent hors de l’eau comme pour s’entraîner à la montaison...

...des bandes de loutres de mer se laissant paresseusement dériver au soleil en faisant la planche, les deux petites pattes avant jointe comme un commerçant satisfait, les pattes arrières dans le prolongement du corps, les orteils en éventail…

Loutres à la dérive
Loutres de mer dans le Prince William Sound


Groupe de loutres
Loutres de mer dans le Prince William Sound
Mère et son petit
Loutres de mer dans le Prince William Sound

Phoques sur la banquise
Meares Glacier


...des aigles à tête blanche (bald eagle) en faction sur un arbre au bord de l’eau, l’un d’eux près de son nid où l’on aperçoit un aiglon qui marche sans pouvoir encore prendre son vol,

...des phoques se prélassant en troupeau sur la banquise au pied du  glacier,


Phoque


Lions de mer
...un groupe de plusieurs centaines de lions de mer s’ébattant, se battant, se minouchant sur une étroite plage de galets au pied d’une falaise, Lions de mer

...de jolis macareux (puffins) au bec coloré qui s’enfuient rapidement à notre approche et se réfugient à flanc de falaise où ils ont bâti leur nid, etc. Macareux sur la falaise
Macareux
Trois macareux

Retour vers le fjord de Valdez
Spectacles fascinants, sous un soleil brillant et chaud, dans l’air pur et frais. Ici on mesure vraiment l’intensité de la vie sauvage dont la vie citadine nous a tenu éloignés… mais que nous avons la chance de redécouvrir au bout de si nombreux kilomètres ! Nous manquons évidemment une bonne partie des explications tantôt savantes, tantôt anecdotiques apportées par notre capitaine qui, les jumelles dans une main et le micro dans l’autre, commente au fur et à mesure les scènes, les sites et les données historiques qui s’y rapportent. Au total une merveilleuse journée de découvertes tout azimut de la nature de l’Alaska maritime, favorisées par le temps exceptionnel :  ciel clair et lumineux, température confortable, vent presque nul et mer calme.

Puis c'est le retour vers Valdez et ses quais tout au fond du fjord, dans le soir qui descend lentement en plongeant dans l'ombre l'eau verte et en nimbant de rose les montagnes tachées de blanc autour de nous.

Quai des pêcheurs à Valdez
Retour à quai
L'American Eagle à quai
L'American Eagle à quai

Un peu sonnés par le grand bol d’air et brûlés par le soleil, nous retrouvons le quai vers 20:00. Dans le Guépard qui a eu le temps de commencer à se rafraîchir après cette longue journée en plein soleil, nous nous changeons et soupons.

Le soir tombe lorsque, répondant à l’invitation d’un couple de Français vivant à Palo Alto et prenant leurs vacances ici, nous les accompagnons voir une hatchery (aire de frai) de saumons fréquentée par des ours qui viennent s’y bâfrer. Au bout de la petite route qui fait le tour de la baie jusque près du terminal du Aleskyan Pipeline, nous découvrons bien dans la pénombre l’embouchure d’un torrent encombrée de saumons frétillants et grouillants qui tentent de sauter les barrière les empêchant d'en remonter le cours (car il a été dévié par une petite centrale électrique).  Mais d’ours point, tout au plus une bande de mouettes profitant de l’aubaine et qui font leur délice de tant de poissons échoués ou agonisant  résistant peu à leur voracité. Quelques phoques aussi ont table mise, et on aperçoit dans l’ombre leur grosse tête qui croise, là où l’eau est plus profonde, à la limite du banc de saumons.

Un peu déçus, nous quittons assez rapidement les lieux, retournons à Valdez faire le plein d’eau sur le robinet des stands de nettoyage de poisson mis à la disposition des pêcheurs dans le port de plaisance puis, vers minuit, allons stationner en haut de la petite ville, sur un parking précédant des tennis. Nous y trouvons le calme et le silence qui nous permettront de récupérer les fatigues et les émotions de la journée.


10. De VALDEZ à SEWARD

Accueil de 2004 - Rocheuses, Yukon et Alaska

Accueil du Guépard

Accueil de l'Aigle