Page optimisée pour un écran de 1024 x 768 pixels

Sabbatique 1988-89

Juliette, Mathieu, Monique et Jean-Paul MOUREZ
à bord de leur Pilote 470

33. En France : repos à Lyon


Samedi 14 janvier 1989 : SAINTE-FOY-LES-LYON

 Si notre santé est bonne, on ne peut pas en dire autant de notre véhicule en grand besoin d'un sérieux ravalement : la tôle d'aluminium est froissée sur toute la longueur du côté droit (souvenir de la barrière de la douane frôlée en entrant en Yougoslavie), la porte du passager est tordue (oeuvre d'une rafale sur la côte dalmate), le réservoir de la toilette est éventré depuis notre embarquement vers la Crète, et le réservoir d'eau usée arrière fuit (tuyaux endommagés sur le traversier de Patras). Quant à la couleur de la carrosserie... Comme nous ne pouvons attaquer nos démarches (assurance et garages) avant lundi, je commence le nettoyage extérieur du camping-car. C'est une grosse entreprise car il est couvert d'une croûte de sel qui prendra lessive, eau chaude et brosse pour décoller. Finalement je dois emprunter un "Karscher" à eau sous pression pour achever le travail... et obtenir un résultat satisfaisant.

 Pendant que j'accompagne Jean à Castorama pour me procurer des pièces de plomberie, Monique attaque une longue lessive qui nous remettra complètement à neuf; Mathieu et Juliette profitent de l'espace de la grande chambre qui leur est dévolue pour s'étaler, entreprendre casse-tête et bricolages, dépouiller revues et abonnement arrivés en leur absence.

 Le soir, je me couche un peu courbaturé par tous ces travaux, mais en songeant déjà à notre prochain départ...
 

Dimanche 15 janvier 1989 : SAINTE-FOY-LES-LYON

Tôt levé, j'achève d'enlever les coulures de sel sur les dalles devant le garage avec le "karscher". Je poursuis le travail, à la demande de Jean, en décapant le muret du jardin dont la peinture s'effrite. Le bricolage domestique me manquerait--il ?...

Nous nous rendons ensuite à Fareins chez René-Pierre qui a mis à ma disposition son garage et sa fosse de travail. Pendant que Jean achève l'échelle de meunier qu'il destine à la miellerie, je descends sous le camping-car, déplace vers l'avant le réservoir d'eaux usées du cabinet de toilette et replace la vanne de vidange juste derrière la roue arrière droite. Cela mettra désormais toute cette tuyauterie à l'abri d'un accident dû au grand porte-à-faux arrière. Ouvrage long et pénible, mais grandement facilité par l'utilisation de la fosse.

En soirée et de retour à Ste-Foy,  je commence à visionner (malheureusement en noir et blanc car la T.V. de Jean n'accepte pas le standard américain N.T.S.C....) les vidéos tournés en Grèce. Ils sont assez satisfaisants dans l'ensemble et demanderont peu de coupures (pas plus de 30 % ). Techniquement je leur trouve nettement moins de défauts qu'à ceux de Scandinavie, mais le montage promet...
 

Lundi 16 au mercredi 18 janvier 1989 : SAINTE-FOY-LES-LYON

Voici venu le temps de restaurer un peu notre véhicule. Nous commençons par prendre contact avec l'assureur, puis avec le bureau d'expertise automobile pour faire dûment constater nos dégâts et en autoriser la réparation. Nous allons ensuite rendre visite à M. Matasse qui dresse les devis avant de commander en urgence les pièces de remplacement nécessaires. Nous attaquons enfin les premières réfections en laissant notre camping-car chez  Citroën pour le changement de la porte tordue. Cela devrait donner à Pilote le temps d'envoyer les composants réclamés...
 

Jeudi 19 janvier 1989 : SAINTE-FOY-LES-LYON

Après les préparatifs techniques, ce sont les démarches administratives auprès du consulat d'Algérie et de l'Office du Tourisme de Tunisie que nous entreprenons maintenant. Autant l'accueil courtois de l'hôtesse est aidant au bureau tunisien où l'on répond avec empressement à toutes nos questions, autant l'Algérie apparaît-elle difficile à visiter : au consulat, il faut d'abord montrer patte blanche, puis faire une longue queue avant d'introduire une demande de visa plutôt coûteuse... De quoi nous rendre circonspects vis-à-vis d'un pays aussi pointilleux !

En fin d'après-midi, nous passons à la succursale Citroën d'Ecully récupérer notre camping-car. Une inspection rapide nous montre cependant un travail bâclé, aussi décidons-nous de faire reprendre la réparation et laissons notre véhicule une autre journée à l'atelier.

Dans la soirée, nous sommes invités à souper chez Gérard et Catherine B. Ils habitent un vaste et luxueux appartement sur la colline de Sainte-Foy. Leur terrasse domine largement la ville de Lyon dont les innombrables petites lumières se devinent dans la brume. Notre voyage, la naissance prochaine de leur bébé et son éducation alimentent l'essentiel de nos conversations.
 

Vendredi 20 janvier 1989 : SAINTE-FOY-LES-LYON

Maman vient passer quelques jours auprès de nous; nous allons l'accueillir à la gare de Perrache et passons l'après-midi à jaser avec elle. 

En soirée nous récupérons enfin notre Pilote restauré chez Citroën.
 

Samedi 21 janvier 1989  :  SAINTE-FOY-LES-LYON


Lyon : feuillet du Musée

Nous allons déjeuner au restaurant avec Maman puis conduisons Mathieu à son club de jeu dans le centre-ville. J'emmène ensuite Maman et Juliette visiter le théâtre antique et le Musée gallo-romain sur la colline de Fourvière.

La présentation des objets (mosaïques, sculptures...) comme les maquettes du théâtre et l'architecture générale du Musée (enfoui dans la colline dominant le site) sont exceptionnelles, aussi revenons-nous tous trois comblés de notre balade.


Musée galloromain de Lyon : gobelet d'argent

Musée galloromain de Lyon : Neptune

Musée galloromain de Lyon : masque

Musée galloromain de Lyon : le théâtre
Pendant ce temps, Monique est demeurée à Sainte-Foy pour aider sa mère à préparer la réception du lendemain. Dans la soirée, elle accompagne ses parents qui vont visiter l'oncle Georges, tandis que je narre à Maman les péripéties de notre virée en Grèce.
Sainte Foy les-Lyon : J-P et sa mère


Dimanche 22 janvier 1989  :  SAINTE-FOY-LES-LYON

Jehanne a invité les Jacquier à passer la journée avec nous.
 

À table !

J-P et Françoise

C'est l'occasion de joyeuses retrouvailles et de discussions à bâtons rompus sur notre aventure qui éveille la curiosité et l'intérêt de tout ce beau monde...


Michèle et Clément

Monique narre nos aventures

Lundi 23 janvier 1989  :  SAINTE-FOY-LES-LYON

Nous profitons des dernières heures de présence de Maman auprès de nous pour échanger plus à fond sur notre futur voyage dans le Maghreb et écouter ses conseils teintés d'appréhension... Puis nous allons la conduire à la gare pour prendre le train de Caen puisqu'elle a renoncé à prolonger son séjour dans le Midi où Marie l'avait invitée.
 

Mardi 24 janvier 1989  :  SAINTE-FOY-LES-LYON

 Matasse a reçu les pièces commandées pour changer le réservoir brisé. Nous lui portons le camping-car puis traînons un peu à Saint-Priest chez les autres marchands pour examiner ce qu'offre la concurrence. Nous ne sommes finalement pas si mal lotis, seul Arca se démarque vraiment par la qualité et les astuces de ses aménagements qu'un décor esthétique et soigné valorise encore davantage.

 Nous gagnons ensuite l'aéroport de Satolas dont nous parcourons les immenses stationnements à la recherche de l'auto de Gaby parti en vacances aux Iles Canaries. Un message laissé sur son pare-brise le prie de venir discuter avec nous de notre éventuel voyage au Maroc et en Algérie. Peut-être sera-t-il intéressé à nous accompagner ? Nous apprécierions grandement la compagnie (et l'escorte...) d'un homme familier avec cet environnement et cette population pour nous exotiques et un peu inquiétants.

 Nous revenons à la maison après un grand détour au diable Vauvert pour quérir une pièce de pompe à eau destinée à un correspondant africain de Jehanne.
 

Mercredi 25 janvier 1989 : SAINTE-FOY-LES-LYON


Dans le jardin, Marion et Juliette sur le balcon du mazot

Jocelyne vient chercher Juliette à la maison après avoir donné son cours à Lyon. Notre fille, qui se plaint du manque de compagnie, pourra ainsi passer l'après-midi à Fareins avec Marion en congé d'école.

En fin d'après-midi, nous allons porter chez un spécialiste notre pneu endommagé à Athènes avant de rejoindre René-Pierre chez lui; nous y soupons en famille et ramenons Juliette avec nous.

 

Jeudi 26 janvier 1989  :  SAINTE-FOY-LES-LYON

Au consulat du Canada, on accepte d'appuyer notre demande de visa auprès du consulat d'Algérie à Lyon qui veut nous renvoyer à l'ambassade de Paris. Nous découvrons avec surprise que notre nom n'est pas inconnu des fonctionnaires canadiens, suite à l'avis de recherche lancé par Jean Boissier inquiet de notre long silence durant notre séjour en Grèce...

Nous complétons aussi une demande de Carte Bleue/Visa (plus courante en Europe que la Master-Card) à la B.N.P. et faisons quelques courses. Puis, rentrant à la maison, j'emmène Mathieu avec moi chez le coiffeur. A 16:30, nous conduisons les enfants à la piscine avant de filer à Saint-Priest récupérer notre camping-car remis en état chez Matasse.
 

Vendredi 27 janvier : SAINTE-FOY-LES-LYON

Je vais chercher notre roue de secours chez le réparateur, mais il n'a pas pu faire grand chose pour renforcer le flanc écorché; la hernie qui le décore ne me dit rien qui vaille... Nous en serons quitte pour consulter Daniel Cullaz, un ami de Monique, qui tient un atelier spécialisé en pneumatiques à Brignais. Nous achetons en passant quelques cartes postales de Champagne-au-Mont-d'Or demandées par notre ami de Montréal Denis Cottin, puis filons à Brignais. Monique retrouve là-bas quelques copains de jeunesse (entre autres Jacques Padovani). C'est dans la bonne humeur que nous allons tous déjeuner autour d'une table appétissante dans un petit bistro lyonnais. Daniel nous fait cadeau d'un pneu usagé qui vient heureusement remplacer l'endommagé, lequel vient justement de rendre son dernier souffle en explosant au soleil !

Dans l'après-midi, nous passons à nouveau chez Matasse pour échanger une télécommande de l'alarme défectueuse, affrontant à cette occasion les réticences avaricieuses de madame mère... Nous profitons de ce dérangement à Saint-Priest pour revoir et faire visiter le camping-car Arca aux enfants : si nous l'avions connu plus tôt... Après avoir posté les devis et factures à l'assurance, nous allons chercher nos photos développées au Point-du-Jour, puis passons la soirée à discuter de notre séjour au Maroc avec Frédéric Jacquier qui y a fait plusieurs voyages passionnants. Il nous montre une pile de photos présentant des paysages magnifiques, sauvages et exotiques qu'il situe pour nous sur une vieille carte froissée et déchirée.

 Son itinéraire semble avoir été peu orthodoxe puisqu'il a hasardé son petit bus Volkswagen sur des pistes de montagne non balisées, sans pour autant suivre les indications d'une carte au demeurant inexacte (au Maroc elles le seraient toutes...). Nous n'irons pas jusque là, mais la balade envisagée promet de beaux moments !
 

Samedi 28 janvier 1989 : SAINTE-FOY-LES-LYON

 Après nos roues, ce sont nos pieds qui ont bien besoin d'être rechaussés et nous passons chez le cordonnier. Pendant que Mathieu consacre son après-midi aux "Paladins des Traboules", son club de jeu favori, Juliette organise une partie de "Barbies" avec Marion à Sainte-Foy. De notre côté, nous achevons le ménage de notre home qui fait pitié : il est temps de renfiler les housses des coussins qu'il a fallu découdre pour un lavage intégral, de replacer le drap contour de la capucine, de raccrocher les rideaux qui sont passés, eux aussi, dans la laveuse. L'aspirateur a extirpé la poussière et le sable infiltré au plus profond des coffres tandis que toutes les surfaces lisses ont eu droit à un dégraissage en règle au Fantastic. Ça sent le propre dans la chambrée ! Le soir nous recevons René-Pierre et Jocelyne à souper dans la grande maison vide.
 

Dimanche 29 janvier 1989 : SAINTE-FOY-LES-LYON

 Gaby arrive vers 14:00 à la maison, au retour d'un séjour très agréable à Tenerife où il a joui d'un temps magnifique. A notre grande déception il ne semble guère intéressé à se joindre à nous pour notre aventure maghrébine, en ayant un peu soupé des voyages en général, et de l'Afrique du Nord en particulier...

 Je conduis Mathieu à son club de jeu et rentre visionner mes derniers vidéos. Dans la soirée, Monique et Juliette accompagnées d'Henri et Michèle vont voir un excellent spectacle de negro-spirituals donné par un groupe de chanteurs camerounais. Nous nous couchons donc assez tard.
 

Lundi 30 janvier 1989 : SAINTE-FOY-LES-LYON

 J'obtiens de Gaby une consultation pour mon chargeur de batteries vidéo dont l'arrêt automatique se déclenche à mi-charge. Faute d'appareils de mesure, il ne peut rien faire pour le dépanner ou l'améliorer...

 Dans l'après-midi, nous allons remplir la cambuse de nourriture au "Carrefour" d'Ecully : l'embarquement approche !



34. En France : de Lyon à Sarlat en Périgord

Accueil de « Sabbatique 88-89 »

Accueil de l'Aigle

© 2008