Page optimisée pour un écran de 1024 x 768 pixels

SIX MOIS D'ERRANCES EN EUROPE

(CONGÉ SABBATIQUE 1997)


Monique et Jean-Paul MOUREZ à bord de l'Aigle

3. Sienna



Vendredi 7 février 1997
(en fin d'après-midi) : arrivée à SIENNA

Arrivée à SIENNA avec le Campanile, la Tour de Mangia et la cathédrale
Arrivée à SIENNA avec le Campanile, la Tour de Mangia
 et la cathédrale

Nous tournons un peu autour de Sienna avant de trouver le chemin d'accès de l'une de ses portes (Porta Laterina) et, juste derrière, d’un autre stationnement gardé. 
 
La cathédrale et la vieille ville de SIENNA
La cathédrale et la vieille ville de SIENNA
Campanile du Palazzo Publico, Tour de Mangia (XIIIème) et cathédrale de SIENNA
Campanile du Palazzo Publico, Tour de Mangia (XIIIème)
 et cathédrale de SIENNA



Une longue promenade nous mène alors à la cathédrale, extraordinairement riche : pavage de marbre divisé en 56 panneaux décorés, stalles sculptées et marquetées, merveilleuse chaire de Nicolo Pisano, Libreria Picolomini, etc. L’alternance de lignes de marbre blanches et noires donne aux murs et aux piliers un rythme exceptionnel. Cathédrale de SIENNA flanquée de la Tour de Mangia
Cathédrale de SIENNA flanquée de la Tour de Mangia

 
Le pavage de marbre polychrome de la cathédrale de SIENNA
Le pavage de marbre polychrome de la cathédrale de SIENNA
L'emblème de SIENNA et de ses villes alliées (XIVème)
L'emblème de SIENNA et de ses villes alliées (XIVème)
 

Pavage de la cathédrale de SIENNA: le prophète Élie
Choeur de la cathédrale de SIENNA
Choeur de la cathédrale de SIENNA

Pavage de la cathédrale de SIENNA depuis la coupole
Pavage de la cathédrale de SIENNA depuis la coupole

Intérieur de la coupole de la cathédrale de SIENNA
Intérieur de la coupole de la cathédrale de SIENNA
Chaire de la cathédrale de SIENNA par Nicolas PISANO (1220-1278)
Chaire de la cathédrale de SIENNA par Nicolas PISANO (1220-1278)

Stalles en bois sculpté de la cathédrale de SIENNA
Stalles en bois sculpté de la cathédrale de SIENNA

La chaire de Nicolas PISANO (1220-1278) dans la cathédrale de SIENNA
La chaire de Nicolas PISANO (1220-1278)
 dans la cathédrale de SIENNA

Chaire de SIENNA : La Fuite en Égypte
Chaire de SIENNA : La Fuite en Égypte
Chaire de SIENNA : la Visitation et la Nativité
Chaire de SIENNA : la Visitation et la Nativité
Colonne centrale de la chaire de SIENNA : les Arts libéraux et la philosophie
Colonne centrale de la chaire de SIENNA :
 les Arts libéraux et la philosophie

 
Bibliothèque Piccolamini de la cathédrale de SIENNA
Bibliothèque Piccolamini de la cathédrale de SIENNA
Miniature du Liberale da Verona (1445-1526) : La parabole del trave
Miniature du Liberale da Verona (1445-1526) :
 La parabole del trave

 
Piccolamini se rend à Bâle
Piccolamini se rend à Bâle
Piccolamini est couronné poète
Piccolamini est couronné poète
 
Piccolamini présente Éléonore d'Aragon à Frédéric III
Piccolamini présente Éléonore d'Aragon à Frédéric III
Enea Piccolamini prononce un discours devant Jacques 1er d'Écosse
Enea Piccolamini prononce un discours devant Jacques 1er d'Écosse

Pie II organise à Mantoue la croisade contre les Turcs
Pie II organise à Mantoue la croisade contre les Turcs

Porte de la nouvelle cathédrale de SIENNA
J-P filme la porte de la nouvelle cathédrale de SIENNA

En sortant, visite du batistero San Giovani (remarquables fresques du XVème au plafond et sur les murs, fonts baptismaux ornés de panneaux de bronze doré ciselés par les plus grands maîtres). 
 
SIENNA : fonts baptismaux dans le baptistèe
SIENNA : fonts baptismaux dans le baptistère
Baptistère et porte de la nouvelle cathédrale de SIENNA
Baptistère et porte de la nouvelle cathédrale de SIENNA
 
Piazza del Campo, Palazzo Publico et son campanile de 88 m
Piazza del Campo, Palazzo Publico et son campanile de 88 m
Nous descendons ensuite sur la majestueuse Piazza del Campo dominée par le magnifique Palazzo Publico et son campanile vertigineux culminant à 88 mètres.
Nous flânons ensuite un long moment dans les rues alentour, admirant les hôtels et les palais splendides et grandioses, ou la richesse et l'élégance des vitrines des magasins. La nuit tombe lorsque nous revenons vers notre Aigle en retraversant tout le centre ville. Après un tour dans la campagne où nous ne trouvons aucun bivouac intéressant, nous décidons d'aller dormir à proximité de la Porte San Marco dans une zone d'activité, au cas où nous déciderions de poursuivre demain la visite de cette ville superbe. Une épicerie bien garnie et ouverte tard le soir...
Une épicerie bien garnie et ouverte
tard le soir...

Samedi 8 février 1997 : de SIENNA à VITERBO (160 km)

 La nuit est encore plus fraîche qu’hier puisqu’une légère pellicule de givre couvre les champs près de nous. Le soleil du petit matin fait tomber devant notre fenêtre les flocons de glace qui se sont accumulés sur notre toit. Heureusement notre nuit a été parfaitement tranquille et notre duvet nous a tenu bien chaud... Bravement je me lance dans la douche qui fume dans l’air rafraîchi, Monique me suit rapidement, nous déjeunons et décidons de poursuivre notre visite de Sienna d’abord par le Palazzo Publico et sa tour (Torre del Mangia), puis par la Pinacoteca (Musée de peinture). 

Cour et puits du Palazzo Chigi Sarracini à SIENNA
Cour et puits du Palazzo Chigi Sarracini à SIENNA

Nous retournons donc sur le petit stationnement qui nous a accueilli hier puis nous dirigeons directement vers la Plazza del Campo. Dédale des ruelles sombres et profondes où percent et éclatent les rayons du soleil matinal. 
 
Au coeur de SIENNA, Piazza del Campo au pied du Palazzo Publico
Au coeur de SIENNA, Piazza del Campo au pied du Palazzo Publico

Palais autour de la Plazza del Campo et ombre crênelée du Palazzo Publico
Palais autour de la Plazza del Campo et ombre crênelée du Palazzo Publico

Nous commençons par l’escalade des 468 marches menant au sommet de la tour.  

L’escalier devient vite très étroit et nous montons tranquillement les 88 mètres pour découvrir tout en haut, depuis la petite plate-forme de planches supportant la grosse cloche fêlée, un extraordinaire panorama sur les toits de tuile pain brûlé bordant les sillons noirs des rues sinueuses. Seules émergent les masses plus importantes des palais, les clochers et hauts murs des églises et surtout le marbre blanc de la cathédrale qui attire l’œil et le ramène sans cesse à elle.  Panorama sur la vielle ville de SIENNA et ses environs depuis le haut du campanile
Panorama sur la vielle ville de SIENNA et ses environs
depuis le haut du campanile

La cathédrale au-dessus des toits de tuilles de SIENNA depuis le campanile
La cathédrale au-dessus des toits de tuilles de SIENNA
 depuis le campanile

Et puis, alentour et au delà des limites de la ville, le paysage de collines à demi noyées dans le brouillard de la campagne toscane, admirable de nuances, de délicatesse mais donnant aussi un étrange sentiment d’espace grâce à l’étagement des crêtes bleutées dont les plans successifs semblent repousser l’horizon jusqu’à l’infini. Lumière magnifique, air vif mais tempéré par le rayonnement du grand soleil... sensation intense et inoubliable.

Monique redescend du sommet du campanile du Palazzo Publico
Monique redescend du sommet du campanile du Palazzo Publico

La descente ensuite est beaucoup plus rapide que l’ascension. Elle nous mène directement à la visite du Palazzo. Ce sont surtout les fresques qui nous frappent, particulièrement la « Vierge en majesté » et le « Portrait équestre de Guido Riccio de Fogliano » dans la Salle de la Mappemonde, puis celles de la salle de la Paix, bien que moins lisibles.

 

La Salla de Balia (Bal) du Palazzo Publico
La Salla de Balia (Bal) du Palazzo Publico
Fresque du Palazzo publico : Entrée du marché de SIENNA, (A.Lorenzetti, 1319-348)
Fresque du Palazzo publico : Entrée du marché de SIENNA,
 (A.Lorenzetti, 1319-348)


 
La vie dans la cité (A.Lorrenzetti, 1319-1348) Palazzo Publico de SIENNA
La vie dans la cité (A.Lorrenzetti, 1319-1348)
fresque du Palazzo Publico de SIENNA

Ne la réveillez pas ! sculpture de Giovanni Dupré dans le Palazzo Publico
« Ne la réveillez pas ! » sculpture de Giovanni Dupré dans le Palazzo Publico

Il est 12:15 lorsqu’après avoir à nouveau traversé la moitié de la ville nous allons pique-niquer dans notre Aigle. Quelques autres pièces dans le grippe-sous et nous achevons cette brève visite de la ville par le tour de la Pinacoteca occupant l’ancien Palazzo Buonsignori (XVème).  

Adoration des Mages, École de SIENNA
Adoration des Mages, École de SIENNA

Les première salles consacrées aux primitifs retiennent notre intérêt tant qu’on peut suivre l’évolution des styles, depuis une inspiration byzantine hiératique parfois un peu raide jusqu’à un réalisme et une douceur plus typiquement italienne, « siennoise ». Mais l’accumulation de Madona et de Bambino, de Saints solennels, de Massacres des Innocents et de Crucifixions, quand ce ne sont pas de sanglants martyrs, finit par lasser, d’autant plus que la progression est lente au fil des salles et que les redites et emprunts d’un artiste à l’autre sont nombreux. Quasiment pas de peinture profane ni de portraits, ou bien les quelques échantillons nous semblent grandiloquents et un peu « chromos ». 

Vierge à l'Enfant de l'École de SIENNA
Vierge à l'Enfant de l'École de SIENNA

Encore sous le coup de cette intense expérience esthétique mais aussi un peu saturés de peinture religieuse, nous regagnons notre véhicule pour reprendre abruptement conbtact avec la réalité terre à terre : le pneu avant droit, déjà regonflé à Menton il y a 5 jours, est à nouveau bien bas. Il souffre probablement d'une crevaison qu’il va falloir soigner sans délai.

Nous descendons dans la zone d’activité où nous avons dormi pour faire réparer dans un garage, mais bien qu’il soit maintenant passé 15:00, les portes des ateliers automobiles demeurent closes : nous sommes samedi et tout semble fermé pour le week-end. Après quelques minutes de vaine attente (une improbable sieste ?) nous prenons la route du sud (Rome), faisons le plein d’air à la première station service ouverte et roulons sans nous arrêter à travers la belle campagne toscane jusqu’à 17:15. Collines verdoyantes doucement ondulées, puis paysages un peu plus déserts se succèdent jusqu’au vaste Lac de Bolsena sur lequel le soleil se couche dans un grand flamboiement tandis que nous en faisons le tour. Un peu plus loin à Viterbo, plein d’aliments frais dans un Intermarché tout neuf. Monique y trouve du bœuf en cube avec lequel elle confectionne un délicieux bœuf bourguignon. Bivouac urbain enfin sur une rue très calme le long du magasin.


4. Italie du centre

Accueil « Sabbatique 1997 »

Accueil de l'Aigle

  © 2006